L’intrus

C’était une nuit d’été terriblement chaude, comme il y en a de plus en plus dans notre petit pays de grenouilles ces jours-ci. Mon T-shirt est resté collé à mon corps moite. La fine feuille qui se trouvait sur moi m’irritait, mais quand je l’ai enlevée, elle était encore moins confortable. Je ne peux pas dormir sans un drap ou une couette sur moi. Pour la première fois depuis longtemps, un homme à côté de moi me manque. Quelqu’un avec qui s’abandonner à la chaleur et faire l’amour ensemble. Je ne l’aurais probablement pas moins chaud, mais tout à coup, j’ai fortement ressenti ce désir. Pendant longtemps, j’étais allongé, me retournant et pensant, mais m’endormir ne marchait pas.

Non seulement
Mais j’ai dû tomber dans un sommeil profond à la fin, parce que je n’avais rien entendu. Je me suis réveillé parce que j’ai senti ton corps s’appuyer sur mon corps. Ta main était posée sur ma bouche et j’ai senti la chaleur de ton souffle caresser mon oreille.

“Je ne veux pas te faire de mal, mais si tu te mets à crier quand je retire ma main de ta bouche, tu le regretteras”, m’a-t-on dit à l’oreille.

Mon cœur battait fort dans ma poitrine, je me demandais ce que vous vouliez. J’ai senti le sang couler dans mes veines et soudain il est devenu froid. Intensément froid.

“Rendez-vous et profitez-en. Ne vous battez pas, vous n’avez aucune chance”.

Tu t’es levé, tu m’as attrapé par les cheveux et tu m’as forcé à m’agenouiller. Il faisait si noir que je ne voyais rien. J’ai senti quelque chose de doux et de soyeux se brosser le long de mes lèvres. Mon cœur battait plus fort, mais soudain la peur avait disparu et avait fait place à l’incrédulité.

Leave a Reply

Your email address will not be published.